fantasme n°7: la plage

février 10, 2007 belangex

0hytwcaxw3dklcavbd3xdca8bgu3zca0cgs1ucaqcxu7bcax2hql6caw190recaub8pslcahnpig1ca5osph0ca1q3ip6ca7hbgj1canx92ipca22fhtrcatpbcatcaq2mb7vcacui05lcavgeqg2cagh4cy4capfh8b2.jpg

Lady M, bientôt la quarantaine, 1m75, brune, yeux verts, avait toujours autant de charme.

Des boyfriends, des amants, bien sûr elle en avait eu, mais les avait oublié. Ils étaient gentils, simplement gentils, leurs histoires étaient…à vrai dire, sans histoire. Déçu par les hommes, elle les avait délaissé pour sa carrière.

A moins d’un an de ses quarante ans, elle se disait parfois que sa vie allait peut être changer…elle devait changer…elle voulait quand même laisser le destin agir.

Août-côte atlantique

Près de six mois sans flirt, sans aucun contact charnel…

Ce matin là, elle courait sur la plage, belle plage ornée de quelques pins, de broussailles et de rochers. Elle s’arrêta. Elle savait que cette plage était très fréquentée le soir: les couples venaient s’adonner aux plaisirs dès la nuit tombée.

Elle venait d’entendre des bruits, elle s’approcha de ce petit bois et, derrière un pin maritime se cacha pour regarder. Elle vit 2 hommes emboîtés l’un à l’autre, contre un arbre.

Cette vision brusque et inattendue la fit frémir. Ces 2 hommes hommes aux corps imberbes et puissants lui donnèrent envie qu’on l’effleure, qu’on se frotte à elle, qu’on la caresse…oublions cette pulsion, le lieu ne se prête pas à ça…

Pourtant, elle resta là et les regarda assouvir leurs désirs. Peut être que dans une autre vie, elle les aurait rejoint…

Alors que celui contre l’arbre, le passif, commençait à emmettre des sons (soufflements, gémissements) de plus en plus forts et rapides, elle se retourna pour partir…et là, à quelques mètres d’elle, il était là et l’observait depuis un moment, elle en était sûre. En maillot, il venait de sortir de l’eau, ces cheveux étaient encore mouillés…elle remarqua que son sexe avait enflé, son maillot devait être lourd et serré…Il vint vers elle sans parler, et d’ailleurs à quoi bon. Elle savait ce qu’il voulait…et elle, que voulait-elle?

C’était une situation embarrassante mais elle commençait à aimer ça finalement. Ces 2 hommes l’avaient excitée, cet homme qui s’approchait l’excitait aussi.

Elle resta immobile, le dos à l’arbre. Il lui prit la taille de ses mains grandes et costaudes et l’embrassa. Pendant qu’il lui caressait les fesses et les cuisses, leurs langues si humides et comme affamées s’enroulaient, se cherchaient, s’absorbaient…

Homme bien ou salaud, riche ou pauvre, peut être marié, peut être instable, ça lui était égal.

Elle adorait les préliminaires pourtant mais là, maintenant, ils s’alignaient sur le rythme de l’autre couple.

Pas de temps à perdre! De toute façon, elle était humide, humide de partout depuis longtemps déjà…Elle sentait son sexe sur elle, sur sa culote qu’il n’avait pas encore enlevé. Elle n’avait qu’une hâte, qu’il la pénètre…Pendant qu’il retirait son maillot et qu’il lui enleva son mini slip, elle ouvrit rapidement les yeux. Elle se rappelait que la plage n’était qu’à quelques mètres, elle entendait les mouettes, les vagues, les rayons du soleil réchauffaient le dos de son amant…

Puis il la souleva, toujours contre l’arbre et la pénètra. Elle était prête depuis longtemps déjà. Immédiatement elle poussa un petit cri de plaisir, elle entendait ceux du couple, elle se cala dessus.

Ils poussèrent des cris en même temps, elle cramponnait son homme par le cou, il la projettait de plus en plus rapidement contre l’arbre…Les va et viens de son amant en elle la faisait frémir de plus en plus, la jouissance finale approchait…elle se retient de crier mais oui! elle avait atteind l’orgasme tant attendu…Elle avait joui comme jamais, elle n’avait jamais eu autant de plaisir si intense, elle en était sûre…Elle n’entendait plus l’autre couple…Il était toujours en elle contre cet arbre. Elle lui demanda de rester encore un peu en elle. Fatigué sans doute par tant d’efforts intenses, il s’agenouilla et toujours en elle la coucha sur le sable.

L’un contre l’autre, sans rien dire, ils reprenaient leur souffle.

Elle sentait sur son dos ce sable déjà chaud, elle regardait le ciel, entendait les mouettes, les vagues, elle sentait sur son visage les rayons du soleil….

Entry Filed under: Blogroll,brèves,coquin,divers,fantasme,love,petites histoires,sexe,sexy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to comments via RSS Feed

Pages

Catégories

Calendrier

février 2007
L Ma Me J V S D
    mar »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

Most Recent Posts

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: